Skip to main content

Korhogo : Que deviendront les infrastructures après la CAN2023 ?

Infrastructures apresCAN2

Au moment où la 34ème Coupe d'Afrique des Nations de football tire à sa fin, et que les Eléphants s’apprêtent à épingler une 3ème étoile sur leur poitrine, les korhogolais se posent des questions légitimes sur le sort qui sera réservé aux infrastructures qui les ont vibrer. Qu’adviendra-t-il du magnifique Stade Amadou Gon Coulibaly, du stade municipal, et des terrains des lycées Houphouët-Boigny, Dominique Ouattara et de celui du lycée Moderne qui ont servi à l'entrainement des équipes présentes à Korhogo lors de la compétition ?

Selon des membres du Comité d’organisation (Cocan) que nous avons approchés, les infrastructures sportives seront remises à l'Office national des sports (ONS) qui sera chargé d’en faire le suivi.

Les premiers bénéficiaires seront donc les équipes locales engagées dans le championnat national de football, mais aussi les élèves qui ont eu la chance de voir et d’approcher des vedettes internationales du ballon rond. Le Club Omnisports de Korhogo (COK) et le Bintana FC évoluent effectivement dans les divisions 2 et 3 du championnat national. Toutefois, une chose est d’utiliser les infrastructures, une autre est de les entretenir, car tous les Ivoiriens ont encore en mémoire les difficultés liées à l’entretien de la basilique de Yamoussoukro. C’est pourquoi, certains korhogolais souhaitent qu’elles soient confiées à des privés. Il en va de même pour les hôtels et les centres commerciaux et touristiques nés à la faveur de l’événement, pour montrer au monde entier la richesse du patrimoine culturel du Poro et du grand nord de la Côte d’Ivoire.

Les yeux sont donc tournés vers le ministère des sports et le gouvernement en général, pour que ces merveilleuses infrastructures ne se dégradent pas, mais demeurent toujours aussi flamboyantes comme elles se seront à jamais dans le cœur de tous ceux qui ont vécu la CAN 2023.

Ben Fofana

Pin It
  • Vues : 488