Skip to main content

L'IA pourrait changer la donne en faveur de l’inclusion financière en Afrique

 IA en Afrique

Il est difficile d’imaginer un temps avant l’adoption généralisée de la technologie mobile en Afrique, en particulier en ce qui concerne les services financiers. Pour des millions de personnes non bancarisées, les transactions se limitaient à l’argent liquide, aux services postaux ou même au système de troc. De la même manière que les paiements mobiles ont entièrement révolutionné l’écosystème, l’IA a le potentiel de propulser l’industrie de la fintech dans une nouvelle ère d’inclusion financière. L’Afrique ne se contente pas de se mettre à niveau en termes d’optimisations d’IA, mais elle va aussi de l’avant avec des solutions innovantes qui ont des retombées considérables pour les personnes peu bancarisées.

Les fintechs locales ont complètement changé la façon dont les gens en Afrique effectuent des transactions, contribuant ainsi à réduire la dépendance à l’égard des opérations en espèces.

Les solutions de paiement innovantes ont révolutionné l’accès aux services essentiels, de sorte que des millions de personnes peuvent désormais subvenir à des besoins de la vie courante, comme les capacités d’interaction. Une étude de McKinsey démontre que ces éléments sont aujourd’hui disponibles pour les ménages à faibles revenus avec une réduction jusqu’à 80 pour cent du coût associé aux acteurs bancaires traditionnels.

Et lorsque l’on considère que la moitié de la population africaine n’est toujours pas bancarisée ou reste sous bancarisée, il est possible d’apprécier à quel point le secteur fintech a eu un impact considérable sur la nature même des services financiers en Afrique.

Dans les faits, cela se traduit au Kenya par l’adoption de solutions de paiement numérique qui ont contribué à renforcer l’inclusion financière de 25 pour cent en tout juste 15 ans.

La révolution des paiements, optimisée par le cloud

Plus récemment, la technologie cloud a créé un tout nouveau champ des possibles pour les fintechs qui cherchent à accélérer l’inclusion financière en les aidant mettre à l’échelle leurs opérations, à créer des efficiences opérationnelles et à développer rapidement de nouvelles innovations.

Le géant des paiements en Afrique Flutterwave en est l’exemple, ayant récemment transféré son infrastructure sur Microsoft Azure en vue d’étendre ses opérations et de traiter les paiements à grande échelle. En tant que l’une des sociétés de paiement les plus sûres et les plus fiables du continent, Flutterwave reste à l’avant-garde de la révolution des paiements en Afrique. Ses multiples modes de paiement, y compris les cartes locales et internationales, les portefeuilles mobiles et les virements bancaires, continuent de changer la donne pour de nombreuses personnes et entreprises en Afrique.

L’IA ouvre une ère nouvelle

En s’appuyant sur les progrès réalisés par le cloud, le monde connaît une nouvelle vague de transformation technologique, portée par l’IA. Du jour au lendemain, les entreprises n’ont plus besoin de vastes ensembles de données ni d’ordinateurs puissants pour bénéficier de la technologie, la majorité de la puissance de calcul étant disponible via les fournisseurs de cloud. Et comme les obstacles à l’adoption de l’IA ont diminué, de nouveaux outils donnent lieu à des gains de productivité substantiels et révolutionnent des industries telles que la fintech.

Alors que l’IA fournit aux champions de l’inclusion financière comme Flutterwave les outils dont ils ont besoin pour étendre leur portée, elle aide également à accélérer l’accès aux services financiers de nombreuses manières différentes.

En règle générale, les coûts ont constitué un obstacle de taille pour les PME locales en ce qui concerne l’adoption des services financiers numériques. On estime qu’environ 90 pour cent des transactions en Afrique sont toujours basées sur l’argent liquide, souvent parce que ce mode de paiement ne comporte pas de frais. Cependant, la capacité de l’IA à réduire le coût de l’ensemble de l’écosystème des services financiers, de la détection de la fraude à l’optimisation de la gestion des risques en passant par l’amélioration de la conformité, permet d’importantes efficiences opérationnelles et réductions de coûts, qui peuvent ensuite être répercutées sur l’utilisateur final.

Les banques, par exemple, peuvent rendre leurs services plus abordables pour leurs clients en déployant des agents conversationnels optimisés par l’IA afin de gérer les requêtes de routine, tout en leur évitant d’avoir à se rendre en agence.

Les fintechs aident déjà leurs clients à améliorer leur littératie financière en utilisant ces mêmes chatbots comme des conseillers abordables. En s’appuyant sur la puissance de l’IA, ces robots peuvent produire des recommandations personnalisées telles que des stratégies de budgétisation afin que l’utilisateur puisse prendre une décision financière plus éclairée. La société sierra-léonaise Mosabi a même gamifié le processus pour aider ses clients à renforcer leurs comportements financiers.

De plus, les outils d’IA peuvent analyser les données issues des discussions avec les clients, produire des documents juridiques dans un langage simple et à une fraction de ce que coûte habituellement la rédaction d’un contrat, élargissant ainsi l’accès à ces services en termes de compréhension et d’abordabilité.

Des prêts en temps réel et à grande échelle

Aspect potentiellement le plus important de tous, de nombreuses fintechs ont accès à de grandes quantités de données, ce qui signifie que lorsque l’IA est introduite dans l’équation, elles ont une formidable capacité à offrir des prêts numériques en temps réel à très grande échelle.

M-KOPA (https://apo-opa.co/4cZW10a) exploite notamment les services d’IA de Microsoft pour gérer le risque de prêt et fournir des prévisions financières. La société fournit des services financiers numériques aux consommateurs sous-bancarisés en combinant les micropaiements numériques et la technologie IoT, en s’appuyant sur la technologie cloud pour traiter plus de 500 paiements par minute, et en permettant à trois millions de personnes à travers l’Afrique d’accéder à des services essentiels tels que les systèmes d’énergie solaire, les prêts numériques, l’assurance maladie et les smartphones.

L’utilisation de l’IA a aidé M-KOPA à réaliser d’importantes améliorations des performances de remboursement des clients, en particulier pour les produits et services de suivi que M-KOPA offre aux clients une fois qu’ils ont remboursé leur prêt initial. Plus de 440 000 lignes de crédit supplémentaires ont été créées pour les clients après le paiement de leur premier produit.

Alors que le marché des paiements numériques arrive rapidement à maturité en Afrique et que l’IA gagne rapidement en popularité parmi les fintechs sur le continent, les ramifications d’une inclusion financière accélérée sont vastes.

La question est de savoir comme s’assurer que les fintechs soient en mesure de concrétiser le plein potentiel de l’IA ?

Une grande partie de la réponse réside dans le renforcement des capacités, de l’infrastructure à la connectivité, en passant par les compétences et les outils numériques essentiels. Grâce à l’amélioration de l’accès à internet, les fintechs ont le potentiel d’accéder à plus de données et, avec un volume plus important de données disponibles, elles peuvent fournir des services plus innovants.

C’est précisément pour cette raison que Microsoft continue de réaliser des investissements importants pour renforcer la capacité numérique du continent, depuis les nouvelles solutions de connectivité via notre initiative Airband jusqu’à l’infrastructure cloud essentielle en passant par nos centres de données de qualité entreprise dans la région. Grâce à des partenariats clés, tels que notre collaboration avec Safaricom, nous donnons les compétences nécessaires à des centaines de milliers de développeurs pour construire des écosystèmes numériques entièrement nouveaux.

La réglementation est un autre défi qui doit être relevé pour accélérer les paiements optimisés par l’IA en Afrique. Bien que davantage de pays africains soient censés adopter des réglementations pour guider le développement et le déploiement de l’IA, relativement peu d’entre eux ont mis en place des stratégies et des politiques au niveau national. De nombreuses entreprises de services financiers en Afrique considèrent le risque de nouvelles exigences en matière de sécurité et de réglementation comme l’une des principales pierres d’achoppement à l’adoption élargie de la technologie, freinant les progrès en matière d’inclusion financière.

Trouver de nouvelles façons de collaborer entre l’industrie et le gouvernement est essentiel à l’avancement de l’IA dans les services financiers. À cette fin, Microsoft continue de collaborer avec l’Union africaine et les gouvernements nationaux sur les marchés prioritaires pour aider à renforcer notre rôle collectif en tant qu’acteurs responsables de l’IA.

L’Afrique est depuis un certain temps à l’avant-garde de la révolution des technologies de paiement, permettant à des millions de personnes d’accéder aux services financiers. Imaginez ce qui pourrait être accompli grâce à la puissance sans précédent de l’IA ? Pour transformer cette opportunité en réalité, nous devons commencer par faire en sorte que les fondements de la transformation de l’IA soient posés dès aujourd’hui.

Par Lillian Barnard, présidente de Microsoft Afrique

Pin It
  • Vues : 115