Skip to main content

La voie d'une légende africaine: Hommage à Benoît de la Fouchardière de Perenco (Par NJ Ayuk)

De La Fouchardière
En tant que directeur général de Perenco, il a conduit avec succès l'expansion de la société sur de nouveaux territoires et l'a maintenue sur la bonne voie pour devenir l'un des plus grands investisseurs et contribuables d'Afrique centrale.


Johannesburg, Afrique du Sud, 3 avril 2024/ -- Le 6 février 2024, la compagnie pétrolière et gazière anglo-française Perenco a annoncé qu'elle avait nommé un nouveau PDG pour remplacer Benoît de la Fouchardière, qui a occupé cette fonction pendant les huit dernières années. Dans un communiqué de presse, Perenco, dont le siège est à Londres, a indiqué que M. de la Fouchardière serait remplacé par Armel Simondin, directeur général de la division camerounaise de la société, à compter du 15 mars.

À première vue, ce communiqué de presse ressemble à un banal avis de renouvellement du personnel d'une entreprise. Il salue les réalisations de M. de la Fouchardière, qui doit maintenant prendre la direction de Dixstone, une filiale de Perenco. Il contient également une déclaration optimiste du président François Perrodo sur les perspectives de la société sous la direction de Simondin, un employé de longue date de Perenco ainsi qu'un vétéran de l'industrie.

En d'autres termes, il se lit comme une brève déclaration sur un exemple ordinaire de changement de leadership.

À mon avis, cependant, il s'agit d'un hommage trop modeste à une personne extraordinaire. Il ne dit pas assez la contribution de M. de la Fouchardière aux succès opérationnels et socio-économiques de Perenco en Afrique centrale, qui abrite environ la moitié des actifs de la société.

Et ces contributions sont substantielles.

Réussites opérationnelles

En amont, de la Fouchardière a permis à la société d'élargir son portefeuille en Afrique centrale tout en augmentant la production. Entre 2017 et 2020, par exemple, il a guidé Perenco dans l'acquisition de la plupart des actifs gabonais de TotalEnergies. Puis, à la mi-2022, il a piloté l'acquisition par Perenco du portefeuille amont de Glencore au Tchad, ajoutant ainsi à sa liste d'actifs les vastes champs inexploités de Badila et de Mangara.

Plus tard en 2022, M. de la Fouchardière a également supervisé l'annonce par la société d'une nouvelle découverte importante de pétrole sur le permis de Pointe Noire Grand Fond Sud, situé au large des côtes de la République du Congo. En 2023, il dirige Perenco dans la signature d'un contrat pour Rio del Rey (RDR), une concession au Cameroun qui représente environ 70 % de la production totale de brut du pays.

M. de la Fouchardière a également soutenu les efforts de Perenco pour développer la chaîne de valeur du gaz naturel en allant au-delà de la production. Pendant son mandat, la société a entamé le processus de transformation du Gabon en un centre gazier. Elle a, par exemple, accepté de travailler avec le ministère gabonais du pétrole et du gaz pour élaborer des plans de construction d'une centrale thermique qui utilisera le gaz produit localement comme matière première pour la production d'électricité. Ce projet devrait contribuer à réduire la pauvreté énergétique au Gabon, garantissant ainsi que le pays tire directement profit de ses propres ressources naturelles.

La société a également pris une décision finale d'investissement (DFI) concernant un projet de construction d'une installation capable de produire 0,7 million de tonnes par an (tpa) de gaz naturel liquéfié (GNL). Cette installation, située au Cap Lopez, pourra également fabriquer du gaz de pétrole liquéfié (GPL). Elle pourra ainsi traiter le gaz pour produire du GNL destiné à l'exportation ainsi que du GPL à usage domestique et régional.

C'est important, car les exportations de GNL peuvent générer des revenus pour Perenco - et aussi pour le gouvernement du Gabon, qui a droit à une part de la production de bénéfices. Mais les avantages ne s'arrêtent pas là. Le projet GNL contribue également à approvisionner le Gabon et d'autres États d'Afrique centrale en GPL, un combustible propre pour la cuisine, le chauffage et l'éclairage qui peut remplacer les combustibles traditionnels issus de la biomasse, tels que le bois et le charbon de bois, et les produits pétroliers plus polluants, tels que le kérosène.

Initiatives environnementales et sociales

Cela m'amène à un autre point, à savoir ce que Perenco a accompli sur les fronts environnementaux et sociaux.

M. de la Fouchardière a présenté certaines des réalisations de son entreprise lors d'un entretien avec The Africa Report en février. Il a indiqué que Perenco s'était efforcée de développer de nouvelles technologies et procédures pour minimiser les risques environnementaux et a affirmé qu'elle était allée plus loin dans cette direction que d'autres compagnies pétrolières internationales (IOC).

« Avec notre filiale Petrodec, nous sommes les seuls à avoir lancé un démantèlement complet de puits de pétrole en arrêt de production et à avoir pris des mesures environnementales ad hoc. Aujourd'hui, Petrodec travaille sur deux plates-formes au Royaume-Uni, en mer du Nord, mais demain ses services pourraient être sollicités partout, par exemple en Afrique, pour assurer la fermeture définitive des sites d'extraction », a-t-il expliqué.

Il a également souligné que la société travaillait avec les autorités locales pour atténuer la pollution et les dommages environnementaux partout où ils se produisaient. « Malgré tout, des accidents peuvent toujours se produire et c'est vrai pour Perenco comme pour la plupart des groupes pétroliers », a-t-il déclaré à The Africa Report. « Dans ce cas, nous faisons tout notre possible pour contenir et traiter la pollution, comme nous venons de le faire au Gabon, en étroite collaboration avec les autorités compétentes. »

En outre, M. de la Fouchardière a souligné l'engagement de l'entreprise en faveur de la coopération et des bonnes relations avec les communautés d'accueil. Perenco a lancé de nombreuses initiatives de développement social et économique pour soutenir les habitants des lieux où elle opère et continuera à le faire, a-t-il déclaré.

« En ce qui concerne les relations avec les communautés locales, nous avons une politique de responsabilité sociale des entreprises (RSE) très spécifique », a-t-il déclaré. « Contrairement à d'autres entreprises, nous ne l'avons pas déléguée à des prestataires externes mais internalisée car il s'agit de répondre aux besoins réels des populations que nous rencontrons sur le terrain. A Muanda [République démocratique du Congo], par exemple, nos équipes vivent parmi la population, y compris les ingénieurs expatriés. En concertation avec les acteurs locaux, nous avons lancé des projets pour améliorer l'accès à l'électricité, à l'éducation, à l'agroforesterie ou encore chercher des solutions pour mieux conserver le poisson qui sera vendu à Kinshasa ».

Cercles vertueux

Ces déclarations ne nous surprennent guère, mes collègues de la Chambre africaine de l'énergie (AEC) et moi-même. Après tout, M. de la Fouchardière nous a parlé en avril 2023 des mesures similaires prises par Perenco en Afrique centrale et au-delà.

« Depuis le début, Perenco s'est engagée auprès de la République du Cameroun pour avoir un impact positif aux niveaux local, régional et national. Au niveau national, grâce aux revenus générés par notre activité, à l'emploi et à la formation de jeunes Camerounais de toutes les régions et de toutes les disciplines. Au niveau local, nous travaillons avec l'IECD [Institut européen de coopération et de développement], une organisation non gouvernementale partenaire, pour développer des initiatives de micro-entreprenariat, en apprenant aux gens à gérer des fonds et à les réinvestir de manière efficace », a-t-il déclaré.

Il poursuit : « D'un point de vue global, nous sommes engagés dans une initiative mondiale visant à éliminer les déchets plastiques dans les pays où nous opérons : Plastic Free. Nous développons une machine de pyrolyse à petite échelle et une autre à l'échelle industrielle (qui sera installée au Cap Lopez, au Gabon). Elle nettoiera le plastique du pays et l'utilisera pour produire du diesel dans un cercle vertueux, réduisant ainsi le besoin d'importer du diesel. »

De plus, ce n'est pas le seul cercle vertueux que Perenco a mis en place. Sous la direction de M. de la Fouchardière, la société a maintenu une politique d'embauche d'une main-d'œuvre majoritairement africaine pour toutes ses opérations et a augmenté le nombre de femmes travaillant dans l'industrie pétrolière et gazière. Elle s'est efforcée de maximiser le contenu local dans l'ensemble de son portefeuille africain et a parrainé des compétitions de football au Cameroun et organisé des marathons annuels au Gabon.

Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles je pense que M. de la Fouchardière mérite d'être applaudi. En tant que directeur général de Perenco, il a conduit avec succès l'expansion de la société sur de nouveaux territoires et l'a maintenue sur la bonne voie pour devenir l'un des plus grands investisseurs et contribuables d'Afrique centrale. Dans le même temps, il s'est efforcé de défendre les Africains et les intérêts africains. À la Chambre africaine de l'énergie, nous avons la chance d'avoir travaillé avec lui et nous lui souhaitons bonne chance dans ses projets futurs.

Par NJ Ayuk

Président exécutif, Chambre africaine de l'énergie

Pin It
  • Vues : 227